Le déclin du nombre de pratiquants en AÏKIDO

Je viens de lire un article sur le déclin du nombre de pratiquants de l'AÏKIDO en France.

Constat qui ne m'étonne pas vraiment, mais qui me pose la question suivante: " que puis je faire à mon niveau pour renverser la vapeur ? "

On sort juste du forum des associations, qui est justement le moment de l'année propice à l'accueil

de nouveaux pratiquants. C'est une grosse journée où l'on va vendre et vanter L'AÏKIDO et plus précisément notre club. Ce n'est pas du tout une punition pour moi, ni même un travail mercantile. C'est un vrai plaisir de parler de cet art qui m'apporte et compte tellement pour moi, toute la journée, à des gens que je ne connais pas encore. C'est avec passion que je blablate toute la journée, sans même avoir rien préparé où même réfléchi avant.

OK, voilà un premier bon point et principal à mon avis, la communication.

Alors comment communiquer, comment promouvoir l’Aïkido ?

Faudrait il d'abord savoir ce qu'attendent les gens !?

Quelle est l'image que les gens ont de l’Aïkido, mais aussi, quelle est l'image que les gens se font des arts martiaux en général et qu'attendent ils des arts martiaux ? Et par extension, à quelles autres pratiques peut on lier l’Aïkido ? Des arts comme le Taïchi, Qi Gong, Za Zen, Karaté, Judo ? Certaines personnes, vont rechercher plus de physique et de contact martial. Elles auront besoin de vérifier que ça " fonctionne ". Du self défense ?

D'autres aiment l'art, la philosophie, le moyen d'apprendre à se détendre, ou simplement passer un bon moment. Tous ces aspects sont représentatifs de notre art et en font notre richesse.

Lorsque je fais le forum des associations, la question que l'on me pose et qui revient le plus souvent est : " quelle est la différence avec les autres arts martiaux ? "

La question que moi je me pose à ce moment là, c'est : " qu'est ce qui vous chagrine dans les autres arts martiaux pour venir en chercher un que vous pensez différent ? "

Quand je sonde un peu les gens, les choses qui apparaissent sont la compétition, le fait d'être opposé les uns aux autres et si on pousse un peu plus loin, finalement, le peu de relation aux autres.

Et cela me ravi, car c'est encore une richesse de l’Aïkido qu'il faut davantage promouvoir.

Notre société actuelle est basée sur l'individualisme, la compétition, et si ça suffit pas, écraser celui qui nous empêche d'atteindre notre but.

Je crois dur comme fer que notre philosophie est une bonne philosophie et que l'on doit le crier haut et fort. Toutes ces structures individualistes de notre société actuelle devraient s’effondrer.

On a de plus en plus besoin de se poser, de respirer, de prendre soin de soi. De son être et pas de son paraître.

Bref si L’Aïkido, en un sens, défend des valeurs différentes de certaines des valeurs de notre société actuelle, nous devons convaincre les gens, à ce titre, qu'il est bon pour eux.

Pas besoin de compétitions pour se révéler à soi même et aux autres. Oui, on peut passer des heures à pratiquer avec des gens qui ont des idées ou une vie complètement à l'opposé de la nôtre. Y trouver du plaisir et même au final s'y trouver des points communs et des amitiés fortes.

C'est ce dont est capable L’Aïkido. Révéler les individualités de chacun à l'intérieur d'un groupe bienveillant. Je ne pense pas qu'il soit nécessaire de changer ou d'adapter l’Aïkido au monde pour avoir davantage de pratiquants . Il faut au contraire le montrer tel qu'il est, dans toute sa richesse, pour que chacun s'y reconnaisse et puisse venir y prendre ce dont il a besoin.

L'AÏKIDO est un art martial. Comme beaucoup d'arts japonais, il se traduit dans la recherche du geste juste, et donc, par définition, sans fin. Mais cet art est martial. Il impose par nature une étiquette, un engagement, et aussi une certaine dose de vérité grâce à laquelle il doit nous permettre de nous révéler.

C'est tout cela, à mon sens, que chaque pratiquant doit porter en lui et aux regards des autres.

 

MANU